Philosophie

Sujets pour l'explication et le commentaire de texte.

Documents pour l'atelier de méthodologie de la dissertation.

Les stoïciens forment une école doctrinalement homogène, dont s'étend de 300 av. J.-C. à la mort de l'empereur Marc Aurèle, en 180 de notre ère. Les textes fondateurs (Zénon, Cléanthe, Chrysippe) sont perdus et conservés sous la forme de fragments et témoignages. Le cours est divisé en deux parties. La première sera consacrée au système stoïcien et à ses principaux concepts, avec lecture d'un certain nombre de textes-clés, susceptibles de faire l'objet d'un commentaire d'agrégation et d'éclairer les textes du stoïcisme romain. La seconde partie sera consacrée à la présentation et à la lecture des principaux textes du stoïcisme romain, Sénèque, Épictète et Marc Aurèle et mettra en évidence les spécificités conceptuelles et doctrinales de chacun de ces philosophes. Le support de documentation du cours sera déposé sur la plateforme.

Ce cours comportera deux éléments, conformément à la nature double de l'épreuve :

(a)Nous découperons le texte latin et relèverons soigneusement le vocabulaire technique employé par Thomas d'Aquin, sous la forme d'un glossaire complet des concepts. L'avantage du texte de Thomas d'Aquin est que sa grammaire n'est pas trop complexe ; en revanche, le vocabulaire utilisé par le Docteur Angélique est quasiment contemporain des premières traductions latines de la Politique d'Aristote, et il faudra dès lors être attentif aux origines des concepts employés et aux choix de traduction opérés par les traducteurs médiévaux, souvent différents des nôtres.

(b)Pour la préparation du commentaire, nous commencerons par expliquer le cadre historique général dans lequel il convient de situer l'œuvre, dont la nature et l'authenticité est encore débattue par les spécialistes aujourd'hui et qui a fait l'objet de lectures très idéologiques tout au long du XXe siècle, allant du camp de l'Action française jusqu'à celui de la démocratie chrétienne. Nous commencerons par présenter le caractère général et les grands enjeux de la «philosophie politique» du XIIIe siècle, et les hypothèses sur la finalité du traité et les circonstances de sa rédaction. Nous proposerons ensuite un découpage précis de l'ensemble de l'œuvre, pour aboutir à une liste des passages les plus conceptuels - le De regno est de ce point de vue relativement désiquilibré, car il contient également certains passages d'intérêt plutôt contingent et historique. Nous présenterons la technique de commentaire telle qu'elle attendue dans cette épreuve : une explication linéaire essentiellement internaliste, mettant en évidence la structure logique des arguments, qui éclaire la thèse que veut démontrer l'auteur. Nous compléterons les passages choisis par des références aux quelques sources explicites de Thomas d'Aquin (la Politique d'Aristote, en particulier, dont il s'agira de maîtriser les principaux concepts) et à quelques textes parallèles, notamment tirés de son propre commentaire à la Politique et de la Somme de théologie.

Les séances doivent aider les agrégatifs à constituer la culture philosophique générale indispensable à la réussite des épreuves hors programme. Ce cours propose des corrigés communs aux devoirs sur table, des rappels méthodologiques généraux, des clarifications conceptuelles, des synthèses thématiques, des mises au point bibliographiques, ainsi que des modèles de composition. Son but est d'apporter aux étudiants les outils nécessaires pour enrichir et mettre à profit leur culture philosophique, et d'accompagner ainsi leur travail personnel de lecture et de réflexion.