Ce cours présente les grands changements ayant affecté le travail salarié dans ses dimensions productives et sociales ainsi que la diversification des normes d'emploi et d'activité au sein et en dehors des entreprises (associations, auto-emploi). Il s'agit de montrer que le travail change de formes (en apparence moins directif, moins physique, et répétitif) mais que les pratiques managériales d'individualisation des salariés (mise en concurrence, évaluation permanente) produisent à la fois plus d'autonomie mais aussi plus de nouvelles contraintes sur soi et les autres. Travailler pour soi revient souvent à travailler contre les autres. Dans un contexte de restructurations permanentes, les entreprises modifient leurs frontières organisationnelles (multi-sites, sous-traitance notamment) et contrôlent dorénavant la main-d'œuvre à distance et de façon flexible (variété de formes d'emploi et de durées de travail). De nouvelles subordinations au travail (individualisation et responsabilisation) sont apparues depuis les années 2000. Il ne suffit plus d'occuper un poste en remplissant une mission prescrite, le salarié doit se subordonner de façon active en se responsabilisant et en intériorisant les objectifs de l'entreprise. La porosité des temps professionnels et sociaux s'accroît par conséquent. Le travail déborde de plus en plus sur la vie sociale, le temps hors travail se restreint et sert les intérêts de la production marchande. De plus, certaines activités hors travail ont pour enjeu le retour au travail. Le travail devient plus intense et plus pénible (physiquement et mentalement) du fait de nouvelles formes d'organisation du travail (flux tendu, juste à temps, qualité totale...). Malgré ces conditions, le travail est toujours valorisé en tant qu'accomplissement individuel. La santé mentale des travailleurs apparaît plus dégradée du fait des pressions managériales dans l'entreprise (publique et privée) ; une conception gestionnaire et financière du travail et un faible soutien psycho-social dans les relations de travail conduisent à des situations d'épuisement professionnel et de suicide sur le lieu de travail.